Lorient et la Compagnie des Indes

Lorient et la Compagnie des Indes

Jean-François Hue. Vue du port de Lorient (détail) / © Musée de la Compagnie des Indes, Ville de Lorient
Jean-François Hue. Vue du port de Lorient (détail) / © Musée de la Compagnie des Indes, Ville de Lorient

Dès 1661-1662, sous l'égide de Colbert, des missions de repérage explorent les côtes de l'Atlantique et de la Manche à la recherche de sites propices à la création de lieux d'escale et de chantiers navals. Lorsque, en 1664, il s'agit de trouver un site portuaire pour la Compagnie des Indes nouvellement créée, les emplacements potentiels sont déjà connus. Après s'être intéressée à Bayonne et Paimboeuf, la Compagnie opte un temps pour le Havre. Mais c'est Port-Louis, au sud de la Bretagne, qui est finalement désigné en juin 1666. L'influence du duc de la Meilleraye, gouverneur de Bretagne et du Port-Louis, initiateur de la compagnie de Madagascar n'est pas étranger à ce choix.

L'espace maritime précédant l'embouchure des rivières Blavet et Scorff réunit les conditions pour accueillir les plus grands navires de l'époque. Il est protégé des vents d'ouest par l'île de Groix. Son chenal d'accès est contrôlé par une citadelle édifiée à la fin du XVIe siècle. Son ouverture sur l'Atlantique est moins exposée aux attaques anglaises et hollandaises que la Manche. Il bénéficie enfin de la proximité des ports militaires de Brest et Rochefort, et du grand port de commerce de Nantes.

Autour de l'enclos du port renfermant les infrastructures de la compagnie, les ouvriers commencent à construire des logements, d'abord rudimentaires. La ville de Lorient est née et prend son essor au long du XVIIIe siècle.