Les portugais sur la route des Indes

Les Portugais sur la route maritime des Indes

S'émanciper du monopole de commerce musulman devient l'objectif des royaumes de la péninsule ibérique. D'importants progrès sont accomplis aux XIVe et XVe siècles en matière de construction navale avec l'utilisation du gouvernail d'étambot et des voiles latines. Les connaissances, acquises bien souvent au contact des pilotes arabes, dans ledomaine de la cartographie, de l'astronomie et des instruments scientifiques (boussole, astrolabe et quadrant), rendent plus sûre la navigation.

Les marins portugais s'élancent vers le sud. En 1415, ils sont à Ceuta. S'ensuit une lente progression le long des côtes africaines : cap Bojador (1435), Açores (1439), Cap-Vert (1456), Sao Tomé et Principe (1470), cap de Bonne-Espérance (1488). En 1498, Vasco de Gama rejoint Calicut sous la conduite du pilote arabe et cosmographe Ibn Majid, enrôlé à Malindiau Kenya. Ce dernier lui dévoile les secrets de la navigation dans l'océan Indien.

Une nouvelle route commerciale vient de naître reliant directement l'Europe à l'Inde. Dès lors, les Portugais s'insèrent dans un réseau commercial développé et cosmopolite. Ils essaiment à Mombassa,à Ormuz, en Inde (Goa, Cochin,Sao-Tomé...), à Malacca (Malaisie),sur l'île de Macao en Chine et jusqu'à Nagasaki au Japon. Lisbonne devient le centre d'approvisionnement de l'Europe en marchandises venues d'Asie.

 

Routes maritimes / © Musée de la Compagnie des Indes, Ville de Lorient
Routes maritimes / © Musée de la Compagnie des Indes, Ville de Lorient