La naissance d'une forteresse

La naissance d'une forteresse

La citadelle
La citadelle

Elevée sur une pointe rocheuse à l'entrée de la rade de Lorient, la citadelle de Port-Louis est un imposant édifice marqué par les événements de l'histoire bretonne des XVIe et XVIIe siècles.

Quand, après l'assassinat de Henri de Guise, le duc de Mercoeur, gouverneur de Bretagne, voit que la succession du trône de France doit revenir au roi protestant Henri de Navarre, il se jette dans la révolte. Représentant de la Ligue en Bretagne, il appelle en renfort le roi Philippe II d'Espagne.

En 1590, 3 000 espagnols débarquent à Port-Louis, connu alors sous le nom de Blavet. Don Juan del Aguila devient gouverneur de la place et entame la construction des fortifications. Cette nouvelle citadelle, appelée "Fuerte del Aguila", le fort de l'Aigle, est édifiée en 1591, sous la conduite de Cristobal de Rojas, ingénieur des fortifications de Cadix, qui aménage dans le même temps une puissante forteresse à Roscanvel, en face de Brest.

En 1598, à la fin de l'occupation espagnole, les Etats de Bretagne et Henri IV demandent au Maréchal de Brissac la démolition totale de la citadelle. On conserve cependant deux bastions et une courtine, les piles du pont, les casernes, les deux corps de garde et la chapelle. Considérant, à partir de 1610, la position stratégique de la place à l'entrée de la rade, Louis XIII décide en 1616 de la reprise des travaux, confiés à l'architecte Jacques Corbineau, bâtisseur du château de Brissac.

La réalisation de la demi-lune et l'établissement d'un plan capable de soutenir un siège sont discutés à maintes reprises. Ce n'est donc qu'en 1641 que le cardinal de Richelieu confie à Nicolas Gilles l'achèvement des travaux de fortification de la citadelle.

Quarante ans plus tard, en 1683, Vauban, en visite à Port-Louis, formule quelques critiques à l'égard des bastions, qu'il juge trop aigus. Malgré ces défauts, le grand ingénieur estime cependant que " la situation de la citadelle est si avantageuse en elle-même que rien n'empêche qu'on puisse considérer le Port-Louis comme une bonne place."

Le plan de la citadelle est un rectangle bastionnée aux angles et sur les côtés. la partie tournée vers la ville est protégée par une demi-lune que l'on franchit par un petit pont dormant en pierre reconstruit en 1779.