Comptoirs d'Afrique (2006)

Comptoirs d'Afrique
Comptoirs d'Afrique

Dès le XVIe siècle, la quête séculaire des marchandises rares et précieuses conduit les grandes nations européennes à s'établir sur les côtes mystérieuses d'Afrique et à entrer en contact avec les royaumes et les ethnies qui les peuplent.

Au XVIIe siècle, le progrès de la marine, le développement du mercantilisme et l'essor du commerce de luxe sont à l'origine des créations des grandes compagnies de commerce étatiques ou privées qui entraînent quatre continents dans un vaste système d'échanges commerciaux. Pour l'Afrique ce phénomène se traduit par l'apparition des comptoirs, bases fortifiées des Européens généralement cantonnées sur la côte, dont les directeurs ont pour objectif de procurer un enrichissement rapide et massif aux actionnaires, conformément aux ordres des compagnies. De l'île d'Arguin au Cap de Bonne-Espérance, le rêve de fortune des uns se métamorphose en drame ultime pour les autres lorsque le commerce de la graine de malaguette, de la gomme, de la peau, de l'ivoire et de l'or cède la place à la traite humaine.

Parce qu'elle a reçu du roi le monopole de la traite, qu'elle exploite pendant le deuxième quart du XVIIIe siècle, pour le concéder ensuite au commerce privé, la Compagnie des Indes joue un rôle capital dans la déportation d'Africains réduits en esclavage vers les colonies d'Amérique et de l'Océan Indien. En armant près de cent soixante expéditions de traite et en sa qualité de port de la Compagnie des Indes, Lorient a participé à cette immense tragédie reconnue aujourd'hui crime contre l'humanité.

C'est cette histoire que se propose d'évoquer l'exposition Comptoirs d'Afrique à travers une centaine d'objets, de documents d'archives et d'oeuvres d'art d'Afrique et d'Europe.

Télécharger le dossier de presse de l'exposition Comptoirs d'Afrique